La peau blanche
Joël Champetier
éd. Alire, Québec, 1997,
241 pages, 12.95$

Thierry Guillaumat, un français de province, est en exil volontaire à Montréal pour un séjour d'études. Il partage un logement avec Henri Dieudonné, un haïtien bien intégré à sa communauté. La vision idyllique que Thierry s'est faite du Québec s'enlise dans la neige sale de la ville et le froid. Tout l'univers du jeune homme bascule au contact de Claire, une petite femme d'allure enfantine qui approche les cent ans. Amante exquise mais combien exigeante, Claire, la rousse au teint livide, appartient à une race en devenir. Comme si de rien n'était, l'auteur enchaîne le lecteur à son livre par une intrigue étrange qui conduit droit dans un monde surréel où s'animent succubes et vampires. Histoire d'horreur revisitée ou littérature de science-fiction du possible, ce conte surprend par son atmosphère insolite et par le dénouement qui rend toutes les amours possibles. Construit en crescendo, le lecteur autant que le héros sont pris au piège.

Littérature, roman