Fou-bar
Alain Beaulieu
Québec/Amérique, 1997,
227 pages, 19.95$

Fou-bar est le pemier roman d'Alain Beaulieu, un vrai "gars de Québec". En effet, presque toute l'action se déroule dans cette ville, et l'auteur nous en démontre sa parfaite connaissance par sa description des paysages et des trajets suivis par les personnages. Eux, ce sont une bande d'amis se réunissant au Fou-bar qui existe réellement à Québec dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. Celui dont nous suivons les pas, Harold Lubie, est un petit "bum" de bonne éducation, qui gagne sa vie en combriolant des bungalows de banlieue. Il rencontre un jour Nadine, jolie femme au caractère explosif et à la volonté inébranlable. Elle imite Harold dans ses rapines, jusqu'au jour où la police met fin à son petit jeu. Commence alors pour Nadine une série d'épreuves, épreuves partagées par Harold, qui aime tant sa Nadine qu'il ferait tout et n'importe quoi pour la tirer de son mauvais pas; or, ce qu'il tente tourne mal et c'est alors sur la tête d'Harold que le ciel tombe...

Ce premier roman est une heureuse surprise. Il n'est certes pas dépourvu de défauts: par exemple, les commentaires souvent entendus sur les "bourgeois", sources de tous les maux; ou ces fils et filles du peuple (la bande du Fou-bar) qui s'expriment comme des bacheliers en littérature, alors qu'on se croit en présence de petits truands. Dans ces moments-là particulièrement, la présence un peu forte de l'auteur ayant des idées à faire passer se fait trop sentir. Ces maladresses attribuables à l'inexpérience ne gâchent absolument pas le plaisir de cette belle plume, de cette histoire toujours intéressante et d'un premier roman qui place Alain Beaulieu sous les meilleurs auspices.

Littérature, roman